15 millions d’euros d’amende pour Google

La France et l’Espagne ne sont pas les seules à prendre au sérieux la protection des données personnelles de leurs citoyens. C’est au tour des Pays-Bas, via la CNIL de sommer Google de changer ses pratiques concernant l’analyse des informations individuelles sur le Net. Le géant étant en effet réputé pour ses opérations illicites, ayant déjà fait l’objet de plusieurs plaintes venant de la commission. En cas de négligence de la part de l’entreprise face à sa requête, la branche néerlandaise lui réclamera 15 millions d’euros d’amende. N’oubliez pas de protéger vos données avec un vpn.

Le non respect du droit européen sur la protection des données individuelles par Google fait réagir les Pays-Bas

Longtemps accusé de bafouer le droit européen relatif à la protection des informations personnelles, Google, qui défend toujours sa domination du Web, semble faire la sourde oreille aux entités réclamant le respect de la vie privée des utilisateurs. Cette fois, la plainte émane des Pays-Bas, via la CNIL qui menace alors l’entreprise de Mountain View d’une amende de 15 millions d’euros. Une somme considérable de la part des plaignants, lorsqu’on sait que les autres autorités de contrôle ayant réagit auparavant n’avaient réclamé « que » 100 000 euros (France) ou 900 000 euros (Espagne).

Fin février, délai imposé à Google par la CNIL

Les menaces, Google semble bien les connaître. Mais, jusqu’ici, le géant du Web n’a pas daigné revoir ses pratiques, portant atteinte à la vie privée des Internautes. Se laissera-t-il alors impressionner par la CNIL Néerlandaise ? La commission des Pays-Bas lui impose un délai fixé fin février pour répondre positivement à sa demande.

Vie privée sur le Web : les nouvelles règles de confidentialité de Google, non recevables pour 6 autorités de contrôle européenne

Les nouvelles règles de confidentialité de Google concernant le traitement des informations personnelles sur la toile ont été présentées deux ans auparavant. Toutefois, si ces dernières font l’objet de 70 contrats, 6 autorités de contrôle du Vieux continent y restent opposées. Pour cause, selon ces dernières, ces nouvelles règles seraient insuffisantes pour respecter totalement la loi européenne.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.