Le droit à la déconnexion des salariés pour éviter un burn out ?

Le droit à la déconnexion, voilà une nouveauté qui apportera sans doute des changements. Certes, grâce aux nouvelles technologies de communication, au travail, le contact se fait plus facilement. En cas de besoin, les salariés reçoivent instantanément les requêtes de la part de leurs collègues ou supérieurs, en étant connectés tout le temps. Un progrès qui toutefois, peut mener au burn out, notamment lorsque la connexion multiplie en conséquence les heures de travail. Une peine que la CGT tente d’apaiser grâce au droit de ne pas se connecter en permanence.

Le droit à la déconnexion pour faire respecter le temps de travail

deconnexion salariesDans de nombreux métiers, les NTIC ou Nouvelles technologies de l’information et de la communication obligent les salariés à être connectés à longueur de journée et en conséquence, à être joignables et disponibles tout le temps. Des conditions entraînant alors souvent une augmentation des heures de travail et une diminution de celles des activités, lorsque les contacts se font surtout durant les temps de repos des salariés. La CGT ou Confédération générale du travail lutte donc pour un droit à la déconnexion, en menant une campagne qui encouragerait à mieux faire respecter les limites entre les heures de travail et les heures de repos des travailleurs.

Le droit de ne pas être connecté en permanence, des buts bien précis

Le but de la CGT est donc de faire mieux respecter les heures de travail des salariés. D’un côté, elle souhaite faire respecter la vie privée et les temps de repos, ainsi que l’application de la loi sur les temps de travail de nuit et du dimanche. Par ailleurs, sa campagne concerne aussi particulièrement la réduction du temps de travail des cadres et techniciens. En outre, la CGT réclame un encadrement des forfaits jours ainsi qu’un décompte, une rémunération ou une récupération des heures accordées pour le travail numérique.

Un accord aurait donc déjà été signé entre la CGC, confédération des cadres, la CFDT, confédération démocratique et le patronat des entreprises d’ingénierie et des bureaux d’études. En effet, le droit à la déconnexion des salariés concernerait spécialement certains métiers. Ces derniers sont  soumis à des conventions collectives spéciales, aux horaires flexibles, et exigeant des heures de travail plus nombreuses.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.