Julian Assange (Wikileaks) lève le voile sur le rôle politique de Google

Pour Julian Assange, le lanceur d’alerte et fondateur de Wikileaks, le roi du Web prend une mauvaise posture. Le petit BackRub, vite dénommé Google a connu ses débuts à Santa Margarita. Devenu géant, il est connu sous la firme de Mountain View, toutefois, sa croissance n’est pas vu d’un bon œil par le nominé au prix Nobel de la paix. Son rôle dans la politique internationale des Etats-Unis est dévoilé à travers un nouveau livre intitulé When Google Met Wikileaks.

Google, un politicien discret selon Julian Assange

When Google Met Wikileaks. Un livre à travers lequel le lanceur d’alerte, Julian Assange, son auteur, met en lumière le côté obscur du roi du Web, Google, lequel selon lui, détient un rôle secret particulier dans la politique internationale des États-Unis. Pour appuyer ses déclarations, le fondateur de Wikileaks se sert des documents-mêmes, publiés sur son site et à l’origine entre autres de sa poursuite par les États-Unis. Toujours selon l’auteur de When Google Met Wikileaks dont les extraits sont publiés par des magazines en ligne, Google s’est remarquablement développé. Mais, dans la mauvaise direction. Pour cause, la liberté d’expression soutenue sur Internet notamment par cette firme ne constituerait qu’une stratégie diplomatique utilisée pour les intérêts du gouvernement américain dans les pays Arabes.

Le libéralisme économique, la stratégie politique secrète de Google selon Assange

Julian Assange souligne donc que le rôle diplomatique de la firme de Mountain View résulterait de l’implication politique de ses dirigeants (Eric Schmidt et Jared Cohen). Son arme principale serait le libéralisme économique : Google s’en sert notamment pour soutenir les rebelles contre les régimes autoritaires islamiques. En effet, l’USAID ou agence des Etats-Unis pour le développement international se cache derrière l’apparition du clone de Twitter à Cuba et s’avère également impliqué dans l’ouverture de réseaux sociaux au Pakistan, en Afghanistan ou encore au Kenya.

Google Ideas, la branche politique de Google

Google détiendrait même une branche totalement politique, toutefois secrète : Google Ideas. Elle a été créée par Jared Cohen, spécialisé notamment dans l’anti-terrorisme et la contre-radicalisation de Moyen-Orient et de l’Asie du Sud, ainsi que dans l’ « encouragement à l’opposition dans les pays totalitaires ».

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.