Piratage en ligne de Sony : la firme appelle les journalistes à respecter la confidentialité des documents détournés

Le sort est sans doute déjà jeté, mais, victime d’une cyber attaque, Sony Pictures appelle malgré tout les journalistes à respecter la confidentialité qu’il reste des documents détournés durant l’incident, et dévoilés au public par les auteurs du crime. Une sommation qui coûterait alors une poursuite judiciaire aux sites et journaux qui ne respecteraient pas la demande de l’entreprise piratée.

Piratage de Sony : la diffusion et l’exploitation des documents piratés viole les droits de la propriété intellectuelle

Les plus grands médias ont déjà confirmé la réception de la demande qui leur a été adressée par Sony Pictures, victime d’un récent piratage en ligne, ayant entraîné la divulgation de documents de haute confidentialité. Une requête concernant justement ces fichiers détournés, dont l’exploitation journalistique, le téléchargement ou encore l’enquête du contenu s’apparentent au viol des droits sur la propriété intellectuelle. Des actions que l’entreprise de production cinématographique somme alors d’oublier, car elles ne feraient en outre que mettre en danger sa vie privée, celle de ses employés ou encore porter atteinte à la confidentialité de ses diverses relations (avocats, comptables…). En somme, toute « possession, examen, copie, dissémination, publication, upload, téléchargement et utilisation quelconque des informations volées » dans l’affaire fera l’objet d’une poursuite judiciaire.

La sommation de Sony concernant ses données et archives volées tombe dans l’oreille d’un sourd

La réaction de Sony Pictures suite au piratage de ses archives personnelles est pour le moins naturelle et compréhensible. Néanmoins, ses avertissements pourraient être vains. Certes, plusieurs médias tels que le New York Times, Hollywood Reporter ou encore Re/Code ont communiqué la réception du courrier en question, toutefois, la divulgation et l’exploitation du contenu des archives concernées par cette affaire peuvent toujours être entreprises et facilitées par n’importe quel internaute, via un blog ou un réseau social. Quoi qu’il en soit, Sony Pictures demande également aux journalistes de lui signaler toute éventuelle nouvelle source d’information subtilisée la concernant et qui leur tomberait entre les mains. Pour l’heure, de leur côté, les hackers à l’origine de l’affaire réclament toujours une cyber rançon.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.