Piratage en ligne : l’Angleterre évoque l’idée de la perpétuité comme punition

Ecoper de la perpétuité pour avoir commis un piratage en ligne peut sembler extrémiste comme punition. Mais, pour l’Angleterre, elle serait idéale pour dissuader certains hackers de poursuivre leurs actes criminels sur Internet. Une pensée qui est pointée du doigt, notamment à l’étranger, car elle viserait particulièrement les lanceurs d’alerte.

La perpétuité pour les pirates du Web : bientôt une réalité ?

Si jusqu’ici certains lanceurs d’alerte auront réussi à filer entre les doigts de leurs traqueurs grâce à l’asile qui leur est accordée, désormais, les prochains qui seront poursuivis pour trahison devront s’inquiéter d’avantage du sort qui leur sera réservé au cas où ils se feraient prendre. Car, une nouvelle peine pourrait alors leur être imputée : l’emprisonnement à perpétuité. Une idée lancée par le Royaume-Uni, et que son gouvernement s’active à concrétiser. Si la nouvelle punition s’avère extrême, pour sa part, l’Angleterre l’estime appropriée, face aux génies de la haute technologie spécialisés dans le piratage en ligne dont la sanction actuelle serait insuffisante. La perpétuité s’appliquerait alors dans des circonstances jugées critiques, telles que l’expérience vécue par l’opérateur Orange. A cause d’un acte de piratage, celui-ci a en effet fraîchement connu involontairement une panne de réseau. Un genre d’incident dont les auteurs mériteraient alors un emprisonnement à vie dans la mesure où il peut freiner les activités de nombreux services à la fois.

Les lanceurs d’alerte spécialement ciblés par l’emprisonnement à perpétuité

La nouvelle législation proposée par le gouvernement britannique n’est pas vu d’un bon œil, notamment à l’étranger. En effet, elle concernerait certains hackers en particulier, dont les lanceurs d’alerte. Selon le texte de loi avancé par l’Angleterre, les principaux visés sont les pirates du Web qui engendrent des incidents aux conséquences critiques, touchant la sécurité nationale, l’environnement, la santé et l’économie. Cette proposition est également pointée du doigt par la commission mixte du parlement britannique, qui souhaiterait que les infractions pénales citées dans ledit texte de législation soit plus précises, afin notamment d’encourager les principaux ciblés à éviter une telle punition.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.