La Quadrature du Net fait le point sur la loi anti terrorisme

Le projet de loi anti terrorisme proposé par Bernard Cazeneuve a été partagé début septembre 2014. Avant que les changements qu’il apporte ne soient officiellement appliqués, la Quadrature du Net fait un point sur le texte relatif, présenté sous le régime de la procédure accélérée. De tous les côtés, le compte à rebours est lancé avant que certains règlements jugés inefficaces ne deviennent incontournables.

Projet de loi anti terrorisme : un seul unique débat après sa présentation

quadrature du netPour la Quadrature du Net, il n’y a aucune minute à perdre avant que la loi anti terrorisme de Bernard Canzeneuve ne soit officiellement appliquée. Ainsi, l’association a organisé une session d’urgence, au sein des locaux de Mozilla dans la capitale française, en vue notamment d’étudier les différents changements qu’elle implique afin de mieux défendre la liberté de tous avant qu’il ne soit trop tard. En effet, le projet de loi de lutte contre le terrorisme du ministre de l’intérieur a été présenté à l’Assemblée Nationale sous le régime de la procédure accélérée. En conséquence, une fois après avoir pris connaissance du texte y afférant, les personnalités compétentes ne détiennent qu’une seule et unique occasion de débattre sur son contenu et de l’amender. Des circonstances qui obligent certainement les citoyens qui se sentent concernés à se mobiliser sans attendre, pour réagir face aux enjeux que ledit projet implique.

« Présumés Terroristes », un site de partage et de mobilisation face à la loi anti terrorisme

Afin de mobiliser les internautes, la Quadrature du Net a ouvert un site dénommé Présumés Terroristes, par le biais duquel les enjeux du projet de loi de lutte contre le terrorisme sont partagés. Si l’association juge la situation urgente, c’est parce qu’elle considère notamment que les mesures proposées dans ledit texte s’avèrent inappropriées étant donné que le risque terroriste est très faible selon elle. Ainsi, cette loi, qui concerne tout le monde, « porterait atteinte aux libertés fondamentales ». De plus, dans son contexte, elle serait tout simplement inefficace toujours selon l’association. Cette nouvelle législation implique entre autres le blocage de sites Internet sur ordre de l’Etat, sans obligation d’informer les tiers d’une fermeture éventuelle, leur ôtant la possibilité de s’y opposer d’une manière ou d’une autre.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.